Promoteur immobilier Marseille : Pourquoi les promoteurs se tournent de plus en plus vers le crowdfunding ?

Pourquoi les promoteurs se tournent de plus en plus vers le crowdfunding ?
Pourquoi les promoteurs se tournent de plus en plus vers le crowdfunding ?
Retour

Pourquoi les promoteurs se tournent de plus en plus vers le crowdfunding ?

 

À l’occasion de la 10e semaine économique de la Méditerranée, Pop Finance organisait le 4 novembre dernier à Marseille un atelier dédié au crowdfunding immobilier. En donnant la parole à un promoteur local, un expert indépendant et un acteur majeur de ce secteur en plein développement, cette table ronde a permis de faire un tour complet du fonctionnement de cette nouvelle forme de financement et, de manière générale, de l’intérêt du crowdfunding pour un promoteur immobilier. Explications.
 

Débarqué en France dans les années 2000, le financement participatif est entré dans une nouvelle dimension en 2014. Jusqu’ici souvent limitée aux projets culturels qui n’intéressaient pas les fonds d’investissement traditionnels, cette idée d’inclure des investisseurs particuliers dans le développement d’entreprises en pleine croissance a alors croisé le chemin des opérateurs immobiliers. Depuis, c’est le coup de foudre entre deux mondes qui jusqu’ici n’avaient jamais vraiment eu l’occasion de se rencontrer…

 

 

Un secteur qui monte en flèche

Comme l’indique Céline Mahinc, co-auteure d’une étude d’envergure sur le sujet : “40 millions d’euros ont été levés pour des projets immobiliers jusqu’en 2015, et on a déjà doublé ce volume alors que l’année 2016 n’est pas encore terminée.

Une tendance observée dans le 4e baromètre du crowdfunding immobilier qui faisait état au mois d’octobre d’une croissance de +84% en un an. Signe que cette nouvelle forme d’investissement ancrée dans l’économie réelle attire de plus en plus d’épargnants français.

 

Il faut dire que les chiffres sont flatteurs. Sur les 200 projets financés à ce jour, on approche les 10% de rentabilité affichée moyenne et jusqu’ici, les promesses ont été tenues. Et même si sur les 200 projets financés seuls 25 ont aujourd’hui été remboursés, le rythme des sorties va naturellement s’accélérer en 2017 de par la courte durée des investissements proposés (18 mois).

 

Les mentalités évoluent

Si de plus en plus d’investisseurs y voient une opportunité de booster les performances de leur épargne, Edouard Le Scanff, directeur des opérations d’crowdfunding immobilier Anaxago Immobilier, constate également une évolution des mentalités du côté des professionnels de l’immobilier :On se rend compte que les promoteurs considèrent le CFI comme une source de financement fiable qui peut représenter une vraie solution dans le cadre de leur croissance.

 

Une centaine d’opérateurs ont déjà fait appel au financement participatif. Rien que sur l’année 2016, 70 nouveaux promoteurs se sont lancés dans l’aventure. À l’image du groupe Uniti et ses 14 campagnes, certains ont même intégré le financement participatif dans leurs processus de montage de programme de manière quasi-systématique.

 

L’opérateur immobilier vient chercher sur la plateforme de financement participatif la rapidité de mobilisation des fonds propres. C’est très rapide comparé aux dossiers bancaires qui prennent des mois, ” précise Fabrice Alimi, Président du Club Immobilier Marseille Provence.

 

De l’intérêt du crowdfunding pour un promoteur

Pour le promoteur marseillais, “les difficultés sont inhérentes aux métiers de la promotion immobilière. C’est un métier de frapadingue où on a sans cesse l’obligation de se remettre en cause et de trouver des solutions.” Si le financement participatif attire autant les promoteurs, c’est donc que son fonctionnement répond à un réel besoin pour ces professionnels qui souffrent du durcissement des conditions d’accès au crédit bancaire.

 

Fabrice Alimi rappelle que pour financer un programme, un opérateur “bloque plusieurs centaines de milliers d’euros de fonds propres qu’il ne pourra pas placer dans d’autres opérations.” L’intérêt du crowdfunding pour un promoteur est alors évident, il s’agit d’un moyen idéal de libérer ses fonds propres d’une opération bien avancée pour investir dans de nouveaux projets.

 

L’opérateur pourra ainsi faire tourner ses fonds propres plus vite, améliorer leur rentabilité et donc se développer en lançant plusieurs opérations au lieu d’une seule avec la même mise de départ. Selon Edouard Le Scanff : “C’est ça aujourd’hui que vont chercher les promoteurs avec le crowdfunding. Ce ne sont pas des vilains petits canards qui viennent chercher de l’argent qu’on ne leur prête pas ailleurs. Ce sont des promoteurs qui se financent chez les banquiers et qui vont chercher un deuxième effet de levier sur leurs fonds propres.

 

La nouvelle vague

Alors que le crowdfunding immobilier était jusque là assimilé surtout aux petites opérations rapides, les choses sont donc en train d’évoluer. La législation va d’ailleurs dans ce sens puisque le plafond de collecte est récemment passé de 1M€ à 2,5M€, ce qui va permettre aux plateformes de se positionner sur des opérations allant jusqu’à 30M€ de chiffre d’affaires. Edouard Le Scanff constate d’ailleurs que “de gros opérateurs viennent nous voir parce qu’ils ont vu que ça marchait et que c’était un vrai levier financier pour développer leur activité.

 

Et puisque de plus en plus d’opérateurs s’y intéressent, le rôle des plateformes devient d’autant plus important pour limiter les risques encourus par les investisseurs.Les sites comme Anaxago recherche surtout des promoteurs de qualité,” estime Fabrice Alimi. “Ils reçoivent certainement des demandes de promoteurs de toute qualité, sauf que les plateformes ont un devoir de conseil vis-à-vis des investisseurs.

 

À ce sujet, le représentant d’Anaxago ne s’en cache pas, il se positionne désormais dans une démarche pro-active. “C’est nous qui allons chercher les promoteurs avec qui on veut travailler. Ceux qui ont un vrai track record, une vraie expérience et une vraie expertise.” Un changement de paradigme qui montre bien le nouveau cap franchi par le financement participatif qui s’est structuré et professionnalisé jusqu’à devenir un tremplin idéal pour tout type d’opérateur immobilier en quête de croissance.